L’islam, un thermomètre de la République ?

« Marseille. Caricatures anti-islam : soixante CRS pour un seul manifestant. » Le fil d’actualité d’Itélé avait quelque chose d’ironique à minuit quarante, cette nuit. L’image est belle, d’ailleurs. Elle synthétise, à elle seule, toute la médiatisation à outrance que les médias (français, sinon internationaux) font de la sur-réaction espérée ou crainte de la mobilisation des musulmans de France et d’ailleurs. Elle la synthétise jusqu’à la caricature, justement. L’information, au delà du pathétique, démontre aisément combien la « menace » musulmane, ou la menace de manifestations musulmanes, a été prise trop à cœur et par les médias et par une frange restreinte de la population, dirigeante notamment et principalement.

 

Plus problématique que l’omniprésence des forces de police à Marseille et ailleurs dans la journée de vendredi (jour de grande prière) et de samedi, la faible participation des croyants ne révèle-t-elle pas plutôt une véritable crise de société dans l’orientalisme occidental (comprendre, la vision qu’on les occidentaux de l’Orient). De l’interdiction de descendre dans la rue aux multiples appels au calme des imams lors de la prière de vendredi, la stigmatisation n’a-t-elle jamais été aussi crue ? Stéphane Hessel nous incitait, à juste titre, de nous indigner. Les musulmans français, au même titre que les syndicats, les professeurs, les policiers, les ouvriers français, n’ont-ils ainsi pas le droit de manifester, quel que soit leur condition, leur position spirituel et le message portés alors ? Ne devrions-nous pas, à ce titre, interdire les nationalistes, les souverainistes, les pro-nucléaires, les militaires de revendiquer leurs idées dans la probabilité que la portée de leurs messages sont on ne peut plus nuisible à la société (ou pas) ?

 

Les sourires, les messages réconfortants et les félicitations adressés aux musulmans de France, samedi soir, dans leur silence et leur immobilisme ne représentent en aucun cas leur capacité à s’intégrer et à respecter les règles de la République, mais plutôt à se soumettre à un message autoritaire réservé une partie infime des Français (dont ils font partie). Le courage de la République aurait été visible dans son acceptation d’un visage différent et d’un message divergent, quel qu’il soit. En empêchant les manifestations, la France ne rend-elle pas impossible la preuve d’une réelle maturité des musulmans dans la capacité que pourraient avoir certains d’entre eux à exprimer, pacifiquement, leurs idées ? Ne montre-t-elle pas, de cette manière, le peu de confiance qu’elle leur voue ?

 

Dalil Boubakeur, recteur de la grande mosquée de Paris, a peut-être raison de féliciter « la réponse de la communauté musulmane de France » qui « a été un silence méprisant face à ceux qui ont voulu la provoquer ». Mais son « appel du calme et de la réflexion » n’aurait-il pas pu être porté, fièrement, pacifiquement, calmement, sur les pavés de Paris, de Marseille et d’ailleurs ? « L’esprit républicain » dont Emmanuel Valls rend hommage, est-il donc si incompatible avec le droit de manifester, le droit de porter et d’exprimer, dans le respect, ses idées ?

 

Si cette réaction donne au recteur de la grande mosquée de Paris « toute la mesure de la maturité » et du « sens des responsabilités » de ses croyants, il faudra plus que du silence pour rendre muer les propos outranciers (mais bien visibles, eux) de Marine Le Pen, hier, sur l’interdiction totale du voile dans tous les lieux publics. Quoi qu’il en coute et quoi qu’en disent certains, n’est-il pas de notre responsabilité à nous, Français, musulmans, juifs, chrétiens, de quelque classe ou race que ce soit, de ne pas nous taire contre ce qui nous paraît intolérable ? N’est-ce pas pourtant ainsi, que la société vie et avance ?

 

Un étudiant blanc, non-croyant, français, effrayé et indigné.

Publicités

3 réponses à “L’islam, un thermomètre de la République ?

  1. Certes, on peut considérer que l’État a sur-réagit et que les musulmans ont parfaitement le droit de manifester contre ce « qu’il leur paraît intolérable », mais je voudrais soulever quelques point omis ici, volontairement ou pas.
    – Il n’a été interdit à personne de manifester. C’est le trouble à l’ordre public qui a été sanctionné, c’est tout à fait différent. Les manifestations d’ouvrier, de syndicats, de professeurs, sont toutes soumises aux mêmes règles, dont celle de prévenir avant de s’y mettre. Dans le cas présent, aucune autorisation n’a été déposé, l’Etat s’est prémunis contre les éventuels troubles engendrés par une manifestation spontanée. Il ne faut pas tout mélanger. Ce n’est pas parce qu’il écrit dans le Monde que Valls a « interdit » les manifestations qu’il faut le gober tel quel. J’admet tout de même que la vigueur avec laquelle tout cela a été contrôlé était un poil plus énergique que lorsqu’il s’agit des pompiers ou des agriculteurs.
    – Les manifestants, si peu nombreux étaient-ils, sont justement, pour la plupart, des fondamentalistes, des intégristes violents qui ont applaudi au plastiquage de Charlie Hedbo la fois précédente. Que les autres musulmans n’aient pas voulu se joindre à ces hurluberlus ne me dérange pas, au contraire.
    – Ces manifestations ont tout de même fait des morts dans le monde, dont un ambassadeur aguerri abattu comme un chien. Quand on connaît le profil des dits manifestants, on prend ses précautions, c’est ce que l’État a fait. En se faisant un petit coup de pub sur le mode « regardez moi, je ne suis pas la gauche laxiste » en passant, j’en conviens.
    – Estimer que les imams qui appellent au calme (sans raison si je vous comprends bien) se stigmatisent eux-mêmes, donc, c’est plutôt comique.

    Voilà, pas de quoi s’effrayer donc, mais peut-être l’occasion de bosser un peu sa socio et ses RI.

    Au passage, mais ça c’est gratuit, ça va aller un peu d’être « indigné », faut être activiste, et pas se gaver de rhétorique à deux balles, c’est vraiment casse couilles.

    • Merci pour cette belle leçon de moralité l’ami ! Pas de quoi s’effrayer, toi et moi ne devons donc pas vivre dans le même monde. Bref.

      Concernant les « interdictions », j’avais bien compris l’idée, merci de rappeler à un étudiant manifestant comment ça fonctionne. Deux, il m’importe peu de savoir qui manifeste et pourquoi il manifeste. Pour ou contre les caricatures, salafistes ou non (je reste convaincu qu’un film caricatural peut choquer un musulman sans qu’il ne devienne pour autant Salafiste, mais soit). Que cela ne te dérange pas, c’est ton problème. Jusqu’à preuve du contraire, Trotskystes, Lepenistes, anarchistes et chrétiens intégristes ont le droit de parole dans notre société. Pourquoi pas eux ? Ton opinion sur ces penchants religieux ne regarde personne (sinon toi ?).

      Quitte à revoir mes RI, je te conseille donc de te renseigner sur l’attaque de l’ambassade américaine et sur le décès de son ambassadeur, attaque programmée avant la sortie du film, à caractère anti-américain visant l’unique but (réussi) de frapper les forces de polices en place (cf. les rapports des policiers qui ont survécu) et de tuer un personnel américain. De manière générale, les manifestations à Kaboul, en Allemagne et dans le reste du monde (oriental et occidental) n’ont pas donné la mort.

      Oui, c’est ironique, mais à priori, l’idée d’enterrer ma rhétorique (sérieusement …) t’as plus brancher que de lire mon papier. Un recteur de la grande mosquée de Paris qui appelle tous les musulmans à fermer leur gueule et à ainsi ne pas être des « moutons de panurge », c’est comique. Mais ce n’est pas de moi.

      PS : le combat des musulmans n’est pas le mien. Ma « rhétorique casse-couille » tu n’es pas obligé de la lire si elle t’emmerde.

      Merci pour l’avis, à la prochaine.

      • Allons, allons, personne ne donne de leçon à personne, en tous cas ce n’était pas dans mes intentions.
        Si tu lis correctement ce que j’ai écris, je ne dénie à personne le droit de manifester si ça lui chante, et je n’estime pas non plus que toute personne se sentant provoquée par un film idiot devient immédiatement un fondamentaliste (ce serait un raccourci extrêmement simpliste). Je dis simplement qu’il s’est avéré que les manifestants en question n’étaient pas réellement des lapins de six semaines blessés dans leur petit cœur.
        Quant au côté sur-réaction de l’Etat, je ne crois pas que l’on puisse dire que je n’adhère pas à ton propos, c’est tout bêtement écrit.
        Non, ce qui me gêne, comme souvent dans ces cas-là, c’est la simplification volontaire du propos.
        Par ailleurs, je n’ignore pas non plus les raisons du meurtre de l’ambassadeur et de son équipe, je dis simplement que séparer l’acte, sa cause et son prétexte, ça n’a pas de sens.
        Enfin, et indépendamment de toutes choses, ce film est une idiotie, les caricatures de Charlie sont moches et malvenues, mais je ne peux pas me résoudre à me mettre du côté de ceux (de toutes obédiences, hein, ça évitera les sous-entendus) qui pourraient réclamer une limitation au droit de se moquer du monde, et des religions. Puisque visiblement tu bosses tes RI plus que moi, tu n’es pas sans savoir que l’Indonésie a souhaité, suite à cela et à un tout un tas de causes socio-historiques, l’instauration d’un protocole international contre le blasphème dans la déclaration internationale des droits de l’homme, un droit à la censure au nom du respect des croyances, quoi. Hé bien, à titre personnel, voilà précisément ce que je ne souhaite pas, et si personne ne met d’eau à ce moulin-là, ça me convient. Tout comme je ne cautionne pas les intégristes cathos qui défilent contre l’IVG, au nom de leur croyances heurtées, etc. Je pensais pourtant que c’était clair, autant pour moi.
        Enfin, ce n’est pas ta « rhétorique » qui est casse-couille, c’est cette manie qui se développe, et qui ne t’es pas propre, de coller du « indigné » partout, je trouve que c’est une facilité intellectuelle, c’est tout. Quand on écrit, faut quand même s’attendre à soulever quelques remarques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s